« Marcher droit, tourner en rond », d'Emmanuel Venet : Pas facile d’être un surhomme

Récit d’un quadragénaire atteint du syndrome d’Asperger, Marcher droit, tourner en rond d’Emmanuel Venet est une satire mordante des rituels familiaux et des hypocrisies sociales en tout genre.

Comme le Meursault de Camus, le narrateur de -Marcher droit, tourner en rond ouvre son monologue par le récit d’un enterrement où il ne verse pas une larme. Celui de sa grand-mère Marguerite. Une femme qu’il détestait pour son égoïsme et sa faculté à transformer le réel selon ses intérêts, dont une officiante « payée à la pige » vante la grandeur d’âme lors d’une cérémonie « révisionniste » qui sert de cadre à l’ensemble du texte. L’argument du court roman d’Emmanuel Venet est donc simple. Le langage qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents