Maurice Godelier : « La puissance de l’économie a affaibli le politique »

Avec l’anthropologue Maurice Godelier, nous inaugurons une série de grands entretiens avec des intellectuels de renom. « Chercheur engagé », il réagit ici aux interrogations actuelles sur la crise du capitalisme, la laïcité, les affirmations identitaires et le rôle de la gauche.

Olivier Doubre  • 31 août 2016 abonné·es
Maurice Godelier : « La puissance de l’économie a affaibli le politique »

Lorsqu’il est reçu à l’agrégation de philosophie, -Maurice Godelier prévient vite ses maîtres que « ce sont les gens qui vivent aujourd’hui qui l’intéressent ». Brièvement chercheur en économie avant de devenir maître-assistant de l’historien Fernand Braudel, c’est vers l’anthropologie qu’il se tourne finalement en rejoignant l’équipe de Claude Lévi-Strauss au Collège de France. Mais, peu enclin aux frontières disciplinaires, il œuvre toute sa vie au -rapprochement des sciences humaines et sociales, notamment au CNRS. On ne sera donc pas surpris qu’il se présente ici en défenseur des sciences sociales, insistant sur l’importance de l’histoire et de l’anthropologie des différentes cultures pour comprendre le monde qui nous entoure.

Dans l’entretien que vous aviez accordé à Politis en janvier 2014, vous déclariez que « l’anthropologie et l’histoire sont les deux sciences formatives pour le XXIe siècle [^1]». Comment voyez-vous la place des sciences humaines et sociales en 2016 et le rôle des intellectuels aujourd’hui ?

Maurice Godelier : Le contexte mondial actuel exige de connaître l’histoire et la culture des différentes sociétés, et de « faire du terrain ». Quand je parle du contexte actuel, je ne pense pas seulement à la Syrie ou à l’Irak, ni au fait que l’islam se divise en deux grands ensembles (eux-mêmes divisés en de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 12 minutes

Pour aller plus loin…

Mauvaises filles
Chronique • 25 janvier 2023

Mauvaises filles

L’historienne et féministe Christelle Taraud clame dans cette chronique son amour pour les « filles des champs ou du macadam, filles de fortifs ou de bidonvilles, filles de joie ou bien de peine »… et toutes les autres.
Par Christelle Taraud
Musulmans français, l’ethnicisation par la religion
Sociologie • 25 janvier 2023 abonné·es

Musulmans français, l’ethnicisation par la religion

Sociologue, Marie-Claire Willems s’interroge dans un essai fouillé et rigoureux sur l’identité musulmane dans la société française aujourd’hui. En montrant combien il est complexe de s’en détacher, telle une assignation d’origine ethnique. Et non une croyance religieuse.
Par Olivier Doubre
« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.
Par Vanina Delmas
Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial
Intersections • 20 janvier 2023

Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial

Les catégories « humain » et « animal » n’existent pas a priori mais seulement au terme des processus d’humanisation et d’animalisation des individus. Ne pourrait-on attendre des approches intersectionnelles qu’elles incluent la frontière animal/humain à leur analyse de la structuration inégalitaire de l’ordre social ?
Par Kaoutar Harchi