États-Unis : Attentats et prudence

Les États-Unis ont connu samedi des attentats dont au moins un a été revendiqué par Daech.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un engin explosif faisant 29 blessés à New York, tandis que plusieurs autres étaient découverts à proximité et dans le New Jersey ; un homme agressant au couteau neuf personnes dans un centre commercial au Minnesota : les États-Unis ont connu samedi des attentats divers. Le second a été immédiatement revendiqué par Daech. Pourtant, hormis l’outrancier Donald Trump, les réactions des politiques, y compris d’Hillary Clinton, sont restées mesurées, en attente d’informations sur les responsables de ces violences. Aux antipodes de ce qu’a déclenché en France le massacre de Nice, par exemple. Même après l’arrestation, lundi, d’un Américain d’origine afghane suspecté d’avoir posé les engins explosifs, le maire de New York s’en est tenu à ce propos : « Nous avons désormais toutes les raisons de penser que l’attaque [était bien] un acte de terrorisme. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.