Hinkley Point, l’acharnement d’EDF

Approuvé par Londres, le projet de construction des deux réacteurs anglais est un pari industriel et financier à haut risque.

Theresa May, la Première ministre britannique, a finalement confirmé, la semaine dernière, la construction des deux réacteurs nucléaires EPR d’Hinkley Point (Sommerset). Après l’approbation de l’investissement par EDF en juillet dernier, et l’appui de Paris, la voie est libre pour la réalisation du projet. Apparemment. Car les embûches sont si nombreuses que de fortes critiques fleurissent même au sein d’EDF. En mars dernier, le directeur financier claquait la porte devant l’énorme risque pris par…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents