Lupa, victime de l’ordre moral

Le metteur en scène polonais, dont la mise en scène du Procès vient d’être annulée à Wroclaw, publie un essai en forme de « lettres aux acteurs ».

Apparemment, tout va bien pour le metteur en scène polonais Krystian Lupa. Grand invité du Festival d’automne à Paris, il vient présenter, entre le 30 novembre et le 18 décembre, trois mises en scène de pièces de Thomas -Bernhard, Des arbres à abattre, Place des héros et Déjeuner chez Wittgenstein. Il était l’un des artistes les plus en vue du Festival -d’Avignon cet été et l’été précédent. Il vient de monter Avant la retraite, toujours de Thomas Bernhard, à Barcelone. Il publie cette semaine la version…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents