Poutine gagne sans K.-O.

La victoire du parti de Vladimir Poutine aux élections du 18 septembre n’a rien du raz-de-marée annoncé.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La victoire du parti de Vladimir Poutine, Russie unie, aux élections législatives du 18 septembre n’a rien du raz-de-marée annoncé dans les journaux. Certes, l’obtention de la majorité absolue avec environ 54,2 % des voix assure à Russie unie 343 des 450 sièges à la Douma, le parlement national. Mais il ne faut pas fermer les yeux sur le bourrage d'urnes attesté par une vidéo, ni sur le taux d’abstention : seuls 47,8 % des électeurs ont voté, contre 60 % lors des précédentes législatives. Une faible participation, notamment à Moscou et à Saint-Pétersbourg, due à « la pluie torrentielle et au vent », selon le chef de la commission électorale. L’adhésion populaire est loin d’être unanime, mais la véritable victoire de Poutine est qu’une fois encore l’opposition et l’alternative restent deux mots totalement inconnus des électeurs.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.