Sécurité : Comment font les autres ?

États-Unis, Belgique, Norvège : trois pays confrontés récemment au terrorisme, trois stratégies différentes, du Patriot Act américain au « plus d’amour » norvégien.

Ingrid Merckx  et  Pauline Graulle  • 28 septembre 2016 abonné·es
Sécurité : Comment font les autres ?
© Photo : HUBERT BOESL / DPA / AFP
États-Unis

« Une Amérique crépusculaire, où les rêves ne sont que des leurres. Une société détraquée par la paranoïa et fascinée par le mythe de la sécurité absolue. » Caricature ? « Non. Mise en scène d’une prise de conscience », objecte l’auteur de Terre déchue (Robert Laffont), Patrick Flanery, Américain installé en Angleterre depuis quinze ans, lors d’une table ronde organisée le 11 septembre au festival America à Vincennes (94) sur le thème : « Faut-il avoir peur de l’Amérique ? »

Quinze ans jour pour jour après l’attentat qui a marqué l’entrée de la planète dans une nouvelle ère du terrorisme et du sécuritaire, le romancier témoignait du sursaut de citoyens épuisés par quatorze années de Patriot Act. Cette loi tentaculaire qui a octroyé des pouvoirs colossaux aux organismes de lutte contre le terrorisme au détriment du respect des droits a expiré le 31 mai 2015.

Edward Snowden est passé par là. En juin 2013, il a révélé que des données récoltées dans les conversations téléphoniques de millions -d’Américains avaient été stockées par les services de renseignements. Cette surveillance électro-nique massive a finalement été jugée illégale. L’opinion a été choquée et le Patriot Act a pris du plomb dans l’aile. Le 2 juin 2015, le Sénat américain a voté une nouvelle loi, le Freedom Act, présentée comme un Patriot Act expurgé des dérives pointées par Snowden.

L’informaticien en exil en Russie (avec

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Publié dans le dossier
La sécurité contre le sécuritaire
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre