Souffrez avec La Poste

La Poste vient d’être condamnée dans différentes affaires.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La Poste vient d’être condamnée pour avoir remplacé des grévistes fin 2015 dans un centre de tri des Pyrénées-Orientales par des ­travailleurs intérimaires. Une pratique « illégale » selon la justice, que n’avait pourtant pas hésité à employer l’entreprise pour tenter d’affaiblir la résistance de ses salariés en lutte – durant trois mois – pour leurs conditions de travail et contre le manque de personnel. Outre plusieurs suicides d’employés ces derniers mois, une jeune factrice (en CDD) de 25 ans a déposé plainte contre ses supérieurs pour non-assistance à personne en danger. Déplorant « déjà des absents » ce jour-là, ceux-ci ont refusé durant trois heures d’appeler les secours alors qu’elle était en train de faire un accident vasculaire cérébral. « Fais ton travail, on appellera les pompiers après », lui a-t-on dit. Elle souffre aujourd’hui de séquelles et se déplace en béquilles.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.