Un subtil hidalgo

La compagnie des Dramaticules adapte le roman-fleuve de Cervantès. Un Don Quichotte qui interroge les mécanismes de la foi autant que l’institution théâtrale.

Anaïs Heluin  • 7 septembre 2016 abonné·es
Un subtil hidalgo
© Photo : Jean-Louis Fernandez

Peut-on être fidèle à un roman dans une forme théâtrale ? Est-il possible de condenser 1 500 pages en deux heures ? Comme les échecs d’Orson Welles et de Terry Gilliam au cinéma le laissent penser, n’y a-t-il pas une malédiction Don Quichotte ?

Après une vraie-fausse introduction d’un régisseur expliquant le rôle des feuilles avec tête de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 4 minutes