Les dessous sordides d’un futur parc d’attraction à Calais

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Comment faire venir d’autres personnes que des migrants à Calais ? La maire Les Républicains, Natacha Bouchart, a sa solution : ouvrir un parc d’attraction de 50 hectares nommé « Heroic Land », dédié à la science fiction et aux mangas... à deux petits kilomètres de l’endroit où se trouvait la Jungle !

Les travaux commencent dans quelques mois, pour une ouverture prévue dans deux ans, indique Reporterre qui a consacré un article très complet au sujet. « C’est un projet qui a été véritablement pensé comme une mesure compensatoire face à l’afflux de migrants. Pas besoin de vous faire un dessin sur l’imaginaire que cela sous-tend. C’est affligeant », a expliqué au site écolo le politologue Sébastien Thiéry.

Selon le journaliste de Reporterre Barnabé Binctin, Natacha Bouchart a même demandé des compensations financières à la France et au Royaume-Uni pour « dommage économique » (évalué à 50 millions d’euros) dû aux migrants sur le sol calaisien, afin de participer au financement du parc. Autre « détail » sordide : le promoteur est un ancien membre d’un mouvement néonazi dissous…


Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.