Manifestants refoulés à Calais

La Coalition internationale des sans-papiers et migrants avait bravé l'interdiction de la préfecture.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les migrants crient « UK ! » face à une rangée de CRS aux abords du campement de la Lande à Calais, recouvert d’un nuage de fumée de lacrymogènes. Samedi 1er octobre, la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) envisageait d’organiser une manifestation de solidarité de la « jungle » vers le centre-ville. Celle-ci avait été maintenue malgré l’interdiction de la préfecture. Des bus de militants et de réfugiés venus de Paris ont même été interpellés sur la route. Pourtant, il y a un mois, une opération de blocage de l’autoroute par un collectif d’acteurs du Calaisis demandant le démantèlement rapide du camp avait été facilement autorisée et leurs requêtes entendues par la préfecture.


Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.