Présidentielle : Quelle voix pour l’écologie ?

Affaibli, le parti écologiste n’entend pas renoncer à défendre ses idées lors de la présidentielle de 2017. Quatre candidats sont en lice.

Patrick Piro  • 5 octobre 2016 abonné·es
Présidentielle : Quelle voix pour l’écologie ?
© Photo : Catherine Leblanc / Godong / Photononstop.

On affichait une certaine satisfaction lundi dernier à la direction d’Europe écologie-Les Verts (EELV) : au 1er octobre, clôture des inscriptions, plus de 10 000 sympathisants s’étaient enregistrés pour participer à la primaire organisée par le parti pour désigner son représentant à la présidentielle du printemps prochain, moyennant 5 euros de contribution et l’adhésion à une charte de principes. « C’est plus que le nombre de nos adhérents », souligne Sandra Regol, porte-parole d’EELV. Ces derniers, au nombre de 7 000, sont inscrits d’office. Le corps électoral compte donc 17 000 personnes, quand la direction en visait 15 000, pour 10 000 votants – objectif largement envisageable. Pour autant, pas de fanfaronnade : en 2011, la primaire écologiste, qui avait placé Eva Joly devant Nicolas Hulot contre toute attente, avait enregistré 33 000 inscrits, dont 14 000 adhérents EELV, et 25 000 votants.

Le parti, endetté, n’a par ailleurs consacré que 20 000 euros à l’opération. Et la campagne d’appel à participer a été courte puisque la décision d’organiser une primaire, validée par le congrès de juin dernier, n’a été confirmée que fin août : il avait été tacitement entendu qu’elle serait caduque dans le cas où Nicolas Hulot, dont le nom semblait cette fois-ci largement consensuel au sein d’EELV, déciderait de se présenter à la présidentielle – l’écologiste n’ayant nullement l’intention de repasser par une primaire.

Après le renoncement de Hulot en juillet dernier, Cécile Duflot avait présenté comme « naturelle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian