Propos racistes sur les migrants : Florian Philippot tombe le masque

Le vice-président du Front national ne voit pas de propos haineux dans les commentaires racistes publiés sur Facebook à la suite de l’évacuation de la « jungle » de Calais.

Michel Soudais  • 28 octobre 2016
Partager :
Propos racistes sur les migrants : Florian Philippot tombe le masque
© Photo: Capture d'écran

Florian Philippot, qui était ce vendredi matin sur BFMTV/RMC, n’a pas apprécié d’être interrogé sur la publication de commentaires racistes sur la page Facebook de France 3 Midi-Pyrénées.

À lire >> France 3 dénonce les commentaires d’une vidéo sur l’arrivée des migrants en région

« Vous êtes l’accusateur public, c’est ça ? », a demandé le numéro deux du Front national au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui l’accusait « d’encourager des propos haineux en refusant d’accueillir des réfugiés ». « Je ne me sens aucun lien avec tout cela », s’est défendu le vice-président du FN, avant de refuser de « culpabiliser les Français » qui s’expriment haineusement sur les réseaux sociaux :

Vous savez, culpabiliser les Français, c’est un peu facile. Ça fait 30 ans que les élites françaises font cela en disant « Vous êtes racistes parce que vous refusez l’immigration » […] Stop au bout d’un moment, ras le bol. Les Français en ont marre d’être culpabilisés.

Pour ce proche de Marine Le Pen, avec la « dispersion de la « jungle » de Calais » qu’« on impose aux Français », « on va faire venir des familles parmi lesquelles on ne sait pas très bien qui s’y trouve, peut être même des islamistes, peut-être même des profils identiques à ceux qui se sont fait sauter au Bataclan ».

En jouant ainsi outrageusement sur les peurs, Florian Philippot incite effectivement ceux qui l’écoutent au racisme et à la xénophobie, tout en s’en lavant les mains. La recette est aussi vieille que le Front national.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »
Enquête 12 juillet 2024

« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »

Le maintien de Gabriel Attal à Matignon est une situation inédite qui pose un réel problème politique et démocratique. À gauche, le Président est attaqué sur ses accommodements avec la Constitution et son refus de reconnaître le résultat des urnes.
Par Nils Wilcke
« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »
Entretien 10 juillet 2024

« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »

À l’issue des législatives anticipées, le Rassemblement national a remporté 143 sièges. Un résultat en deçà des attentes du parti, lequel gagne néanmoins du terrain partout et va continuer à bénéficier d’une dynamique électorale, estime la politiste Nonna Mayer.
Par Pauline Migevant
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre