Tribunal Monsanto : « Dire le droit »

Même sans valeur contraignante, le Tribunal Monsanto s’appuie sur le vrai droit international et pourrait le faire progresser.

Mais où est la défense ? Un tribunal symbolique, à quoi ça sert ? Invitée, la firme n’y a envoyé aucun représentant. « Mascarade », commente sans surprise son « Comité directeur pour les droits de l’homme ». À La Haye, les gens de l’art juridique sont en mission pédagogique. « Cet événement est un tribunal d’opinion, pas un procès, les juges ne prononceront pas de sentence, il s’agit pour eux de dire le droit », insiste la magistrate belge Françoise Tulkens, qui préside l’audience entourée de quatre autres…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents