« Tropique de la violence », de Nathacha Appanah : L’île maudite

Avec Tropique de la violence, la romancière mauricienne Nathacha Appanah s’éloigne de son pays pour dire le triste sort de la jeunesse de Mayotte.

Comme tous les romans de Nathacha Appanah, Tropique de la violence commence après l’amour. Dans la solitude et l’enfermement. Jeune infirmière, Marie a quitté ses montagnes natales et leur ennui pour aller vivre sur l’île de Mayotte avec son collègue Chamsidine, « “Cham” pour les intimes ». En quelques années, l’idylle vire au cauchemar. Non que Cham perde son enfant, comme dans le célèbre épisode biblique : sans doute stérile, Marie est incapable de lui offrir la progéniture dont tous deux rêvaient. La…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents