Emmanuel Macron patine dans la com’

Michel Soudais  • 16 novembre 2016
Partager :
Emmanuel Macron patine dans la com’
© Photo: PATRICK KOVARIK / AFP

En déclarant sa candidature à la présidentielle, ce matin, Emmanuel Macron voulait à n’en pas douter marquer sa différence. Dans cette optique, choisir l’atelier mécanique d’un centre d’apprentissage, au cœur de la Seine-Saint-Denis comme décor de son annonce, devenue un secret de Polichinelle, était plutôt habile. Las. Les jeunes apprentis ont soigneusement été tenus à l’écart du spectacle, tout juste autorisés à apercevoir depuis une passerelle vitrée le ballet des journalistes autour du candidat. Et c’est sur une estrade flanquée des drapeaux tricolore et européen, devant un panneau bleu qui aurait pu être installé dans n’importe quelle salle, que ce dernier a prononcé sa déclaration derrière un pupitre trop large pour lui.

Ratée sur la forme, la déclaration macronienne n’a pas non plus brillé sur le fond. Durant quinze longues minutes, l’ancien ministre de l’Économie, de l’Industrie et du numérique a multiplié les poncifs et les formules creuses pour présenter sa candidature contre un « système politique bloqué » par des « règles obsolètes et claniques ». La justifiant par l’entrée « dans une ère nouvelle » de « grande transformation » à laquelle on ne pourrait « répondre avec les mêmes hommes et les mêmes idées ». Il affirme vouloir promouvoir une « révolution démocratique » mais ne la définit pas.

Ceux qui attendaient de l’ancien associé-gérant de Rothschild & Cie qu’il esquisse son projet ou énonce les points forts de son programme devront encore attendre. Longtemps. Car le candidat qui ambitionne de « faire réussir notre pays » (quel candidat ne le veut pas ?) et affirme que « l’enjeu n’est pas pour [lui] de rassembler la gauche [ou] de rassembler la droite [mais] de rassembler les Français », ne semble pas disposé à sacrifier à pareil rituel démocratique. « La solution, elle est en nous, a-t-il lancé, elle ne dépend pas d’une liste de propositions qui seront oubliées le jour d’après, et qui changent même parfois durant le temps de l’élection, et qui au fond sont là pour ne pas être appliquées. »

Comme au lancement du mouvement En Marche !, début avril, le programme d’Emmanuel Macron c’est avant tout… Emmanuel Macron, son visage neuf, son parcours, sa réussite. Un produit de com’, rien de plus.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc