Israël-Palestine : Le cri d’alarme de « Trop, c’est trop »

Le collectif Trop, c’est trop demande la suspension de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le collectif Trop, c’est trop, créé par Madeleine Rebérioux et Pierre Vidal-Naquet en 2001 pour dénoncer la répression israélienne dans les territoires palestiniens, demande la suspension de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël. Le collectif, qui regroupe de nombreuses personnalités du monde intellectuel et associatif, estime que « la poursuite de la colonisation compromet l’existence d’un État palestinien indispensable au retour de la paix dans la région ». Le collectif lance une campagne pour la suspension d’un accord qui s’est traduit récemment encore par « des programmes de recherche militaire au profit d’Israël ». Trop, c’est trop apporte également son soutien aux organisations israéliennes de droits de l’homme, B’Tselem, La Paix maintenant et Breaking The Silence, accusées en Israël de trahison, et « qui font l’objet d’une campagne de haine sans précédent ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.