Charbon : Des investisseurs sur liste noire

La pression internationale suscite le retrait de nombre d’institutions publiques ou privées. D’autres s’obstinent à soutenir le secteur du charbon.

Subventions, sauvegarde d’emplois locaux, défense de l’indépendance énergétique… Le volontarisme des politiques nationales pèse encore beaucoup sur le secteur du charbon. Ainsi, l’Indonésie envisage la construction prochaine de dizaines de centrales, dont la consommation soutiendra les compagnies minières qui voient les importations chinoises de charbon diminuer. Les acteurs privés sont en revanche motivés par les perspectives économiques ; or, celles-ci sont devenues très incertaines dans le secteur du…

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents