Diplomatie : Trump contre la Chine

Le président élu rompt avec quarante ans d’usages diplomatiques.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Pour l’instant, ce n’est encore qu’une image : Donald Trump est entré « en guerre » contre la Chine. Après avoir rompu avec quarante ans d’usages diplomatiques en dialoguant au téléphone avec la présidente de Taïwan (ex-Chine nationaliste), que ni la Chine ni les États-Unis ne reconnaissent, le Président élu a récidivé dimanche. Il s’est livré, dans deux tweets, à une violente diatribe anti-chinoise : « Est-ce que la Chine nous a demandé si c’était OK de dévaluer leur monnaie, de lourdement taxer nos produits importés dans leur pays ou de bâtir un vaste complexe militaire en mer de Chine du Sud ? Je ne crois pas. » Quelques mots qui ne plairont sûrement pas à Pékin. Détail croustillant, parmi les favoris au poste de secrétaire d’État (l’équivalent de notre ministre des Affaires étrangères), figure Jon Huntsman… ancien ambassadeur en Chine.


Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.