« Fais de beaux rêves », de Marco Bellocchio : Une promesse de l’aube

Avec Fais de beaux rêves, le cinéaste italien Marco Bellocchio revient sobrement mais de manière poignante sur le thème intime et universel de la mort de la mère.

Les images un peu jaunies, d’un autre temps, filent comme de fragiles phalènes. Dans le grand salon de l’appartement, un gosse de 8 ou 9 ans danse un rock endiablé avec sa mère. On le retrouve enfoncé dans le canapé devant un épisode de Belphégor ou le fantôme du Louvre, inquiétant et mystérieux, qui le pousse à se blottir contre sa mère. Des guirlandes de Noël clignotent sur le sapin. « Fais de beaux rêves », qu’elle souffle tendrement à l’oreille de son fiston quand il s’endort dans sa chambre. Un moment…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents