Pauvreté : Le rapport censuré par Merkel

Un rapport sur la pauvreté est venu relativiser le succès du modèle allemand.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ah, le modèle allemand ! Une santé économique insolente, un taux de chômage à 5,8 %, « le plus bas depuis la réunification », s’extasie toute la presse économique. La preuve incontestable que l’austérité et la flexibilisation de l’emploi, ça marche ! Sauf que… Un rapport sur la pauvreté, qui a fuité la semaine dernière, est venu relativiser le tableau. Il revient sur le nombre de pauvres (16 millions) qui a bondi (comme, d’ailleurs, le nombre de ­millionnaires), l’explosion du surendettement ou ces « quatre millions de personnes qui travaillaient en 2010 en Allemagne pour un salaire horaire brut de moins de sept euros ».

Dans sa première version, le rapport soulignait aussi qu’« une réforme a plus de chances d’être adoptée si elle est soutenue par les riches ». Selon la presse d’outre-Rhin, il aurait été censuré par le gouvernement au motif qu’il donnait une image disharmonieuse du pays.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents