Brouiller la piste

Avec le vocabulaire du cirque et leur sens de l’absurde, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel revisitent le genre de la revue théâtrale.

Télévision, fleurs, assiettes, toboggan géant, instruments de musique, vêtements en pagaille… On trouve de tout sur le plateau de Grande, sauf une machine à coudre et un parapluie. Non que la démarche de l’actrice et circassienne Vimala Pons et de Tsirihaka Harrivel ne soit pas surréaliste, mais les deux comparses n’aiment rien tant que brouiller la piste. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Dans Notes on The Circus (2012), ils faisaient déjà entendre, au sein du collectif Ivan Mosjoukine, une voix…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents