Didier Fassin : « La justice, accusée de laxisme, n’a jamais été aussi sévère »

Spécialiste du système pénal, Didier Fassin analyse l’inflation punitive française, spécialement tournée vers les classes défavorisées.

Olivier Doubre  • 25 janvier 2017 abonné·es
Didier Fassin : « La justice, accusée de laxisme, n’a jamais été aussi sévère »
© Photo : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Après avoir longuement suivi, ces dernières années, des équipes des brigades anti-criminalité dans les quartiers populaires, puis enquêté auprès des différents maillons de la chaîne pénale [1], Didier Fassin s’interroge sur la généalogie et les fondements philosophiques du « moment punitif » qui caractérise les sociétés contemporaines depuis plusieurs décennies. Il observe surtout combien « l’inflation » et « la routine » répressives à l’œuvre aujourd’hui sont indissociables d’une « distribution inégale des peines », les plus sévères visant en priorité « les segments les plus défavorisés » de la population. Et l’anthropologue de souligner combien cette « justice de classe »

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)