L’amour comme utopie politique

À partir de Lettre à D., paru un an avant le suicide du philosophe André Gorz et de sa femme, Dorine, David Geselson imagine les derniers moments du couple. Ses peurs et ses tendresses.

Anaïs Heluin  • 5 janvier 2017 abonné·es
L’amour comme utopie politique
© Charlotte Corman

Pour raconter la vie et l’œuvre d’André Gorz, mieux vaut ne pas avoir le goût du linéaire. Né en 1923 d’un père juif et d’une mère catholique sous le nom de Gérard Horst, le théoricien connu pour sa critique écologiste du capitalisme devient André lorsqu’il fuit l’Autriche pour la Suisse puis pour la France, où il se lie avec Jean-Paul Sartre. De son autobiographie existentielle Le Traître (1957) jusqu’à sa Lettre à D. Histoire d’un amour (2006), il signe ses livres

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 5 minutes