L’amour comme utopie politique

À partir de Lettre à D., paru un an avant le suicide du philosophe André Gorz et de sa femme, Dorine, David Geselson imagine les derniers moments du couple. Ses peurs et ses tendresses.

Pour raconter la vie et l’œuvre d’André Gorz, mieux vaut ne pas avoir le goût du linéaire. Né en 1923 d’un père juif et d’une mère catholique sous le nom de Gérard Horst, le théoricien connu pour sa critique écologiste du capitalisme devient André lorsqu’il fuit l’Autriche pour la Suisse puis pour la France, où il se lie avec Jean-Paul Sartre. De son autobiographie existentielle Le Traître (1957) jusqu’à sa Lettre à D. Histoire d’un amour (2006), il signe ses livres de ce nom d’exilé, mais choisit un autre…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents