Poids plume

Dans N’être personne, Gaëlle Obiégly met en scène une narratrice se remémorant des souvenirs alors qu’elle est bloquée au petit coin.

Après Mon Prochain [^1], dont nous nous étions délectés, Gaëlle Obiégly ouvre l’année avec N’être personne, placé sous l’égide de Montaigne. « Au reste, je me suis ordonné d’oser dire tout ce que j’ose faire, et me desplais des pensées mesmes impubliables. » Cette citation des Essais mise en exergue augure bien du livre à venir. N’être personne se présente comme un journal intime dont la chronologie est explosée et sans que les millésimes ne soient indiqués. La narratrice passe d’« un 23 avril » à « un 26…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents