Poids plume

Dans N’être personne, Gaëlle Obiégly met en scène une narratrice se remémorant des souvenirs alors qu’elle est bloquée au petit coin.

Christophe Kantcheff  • 5 janvier 2017 abonné·es
Poids plume
© C.Hélie Gallimard

Après Mon Prochain [^1], dont nous nous étions délectés, Gaëlle Obiégly ouvre l’année avec N’être personne, placé sous l’égide de Montaigne. « Au reste, je me suis ordonné d’oser dire tout ce que j’ose faire, et me desplais des pensées mesmes impubliables. »

Cette citation des Essais mise en exergue augure bien du livre à venir. N’être personne se présente comme un journal intime dont la chronologie est explosée

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes