Portugal : L’œuvre de Soares

L’ancien président portugais, acteur de la transition démocratique et de la décolonisation, est mort le 7 janvier, à 92 ans.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« Ami de cœur, je suis en larmes », a commenté Edgar Morin en apprenant le décès de Mário Soares. « Mário Soares a combattu la dictature de Salazar et empêché la dictature stalinienne au Portugal », a ajouté le philosophe. Un hommage qui résume l’importance historique de l’ancien président portugais, mort le 7 janvier, à 92 ans. Soares a été un social-démocrate à l’ancienne, dans les conditions terribles de la dictature, résistant à l’intérieur du pays puis depuis son exil en France. Après la Révolution des œillets, en 1974, il a été, comme ministre des Affaires étrangères, un acteur majeur de la transition démocratique, mais aussi de la décolonisation, œuvrant à l’indépendance de l’Angola et du Mozambique. À près de 90 ans, il avait publié en 2013, aux éditions La Différence, ­Portugal. État d’urgence, un ouvrage très critique sur la dérive libérale de l’Union européenne.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.