À Besançon, la « séquestration » du conseil d'administration par les étudiants fait du bruit

Une mobilisation contre la sélection en master à l'université de Franche-Comté s'est soldée par des gardes à vue. Si l'action a été présentée par la faculté et les médias comme une « séquestration », la vérité est plus complexe.

Dix-neuf d'étudiants ont été placés en garde à vue mardi soir, accusés d'avoir « séquestré » les membres du conseil d'administration (CA) de l'université de Franche-Comté, alors qu'ils se mobilisaient contre la sélection en master. Jeudi 16 février, ils sont tous libres… après 48 heures de garde à vue pour deux d'entre eux. « On ne comprend pas : on nous a gardés au poste pour quelque chose que l'on n'a pas fait », réagit une étudiante à sa sortie du commissariat. Les journaux et la présidence de…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents