Afrique : Le génocide oublié

Le Mémorial de la Shoah retrace l’extermination de peuples africains par les colons allemands, premier massacre de masse du XXe siècle.

« Vernichtungsbefehl. » C’est, en allemand, « l’ordre de destruction » prononcé par le général Lothar von Trotha, le 2 octobre 1904 : « Le peuple Herero doit quitter le territoire. Si la populace ne s’exécute pas, je l’y forcerai à coups de Groot Rohr [canon]. À l’intérieur des frontières allemandes, tout Herero, avec ou sans arme, avec ou sans bétail, sera fusillé. Je n’accepterai plus désormais ni les femmes ni les enfants, je les renverrai à leur peuple ou les laisserai abattre. »

Les Herero, c’est ce menu peuple pastoral vivant dans le Sud-Ouest africain, -correspondant aujourd’hui à la Namibie, avec d’autres tribus, comme les Nama, les Basters ou les Damara, toutes sous la domination d’un protectorat allemand instauré en 1884. Un protectorat du IIe Reich qui tente de s’imposer brutalement, malgré quelques traités passés avec les communautés locales. Au fil des années, jusqu’en 1904, se sont succédé hauts commissaires et généraux, tensions et exactions, jusqu’à un premier massacre, en 1893, de 75 femmes et enfants nama.

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents