Ceta : un « combat majeur » commence

L’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada devrait être voté sans accrocs mercredi au Parlement européen. Mais la guerre contre ce traité n’est pas perdue, selon ses opposants.

Erwan Manac'h  • 14 février 2017 abonné·es
Ceta : un « combat majeur » commence
© Photo : Alexandros Michailidis / SOOC

L’issue du vote en séance plénière, ce mercredi au Parlement européen, fait peu de doute. Les deux tiers de l'assemblée, majoritairement de droite, devrait voter en faveur du traité de libre-échange Union européenne-Canada (Ceta), celui-ci ayant le soutien des sociaux-démocrates des pays du Sud et de l'Est de l'Europe. L’accord sera alors appliqué provisoirement, avant d’être ratifié par les États membres.

Lire > Le texte du Ceta décrypté article par article

Le vote du Parlement est une étape cruciale dans l’adoption de ce traité de libre-échange, le premier d’un genre nouveau. Il vise en effet avant tout « l’harmonisation » des normes des deux côtés de l’Atlantique. Les droits de douane étant déjà réduits à une portion congrue, il s’agit de réduire les « barrières non tarifaires » au commerce. Traduction, selon ses opposants : le commerce primera désormais sur le renforcement des normes écologiques, sanitaires et sociales. Les multinationales – grâce notamment aux tribunaux arbitraux leur permettant de faire condamner un État – gagnent des outils pour faire valoir leurs intérêts, au détriment du principe de précaution.

Lire > [Dossier] Accord

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie
Temps de lecture : 6 minutes