Dossier : Pourquoi le FN n'est pas républicain

FN : Des municipalités sous contrôle

Sous des allures respectables, les villes FN cachent une violence sourde, faite de chantage et d’intimidation vis-à-vis de toute forme d’opposition.

Marine Le Pen les couve du regard. Laboratoires locaux de sa politique, les municipalités frontistes sont les petits bijoux de la présidente du Front national. La candidate à la présidentielle veut ainsi prouver que son parti peut conquérir le pouvoir sans mettre le pays à feu et à sang. Mais les municipalités FN sont-elles des municipalités comme les autres ? Difficile à dire : d’abord parce que, trois ans après que le parti s’est emparé d’une douzaine de villes françaises, aucune étude universitaire d’envergure n’a encore été conduite sur le sujet [1]. Ensuite parce que, au premier abord, on n’y voit pas grand-chose.

À lire aussi >> Entre interdictions et destructions, les censures de l'extrême droite

Et pour cause : le FN a tiré les leçons de son implantation catastrophique à Vitrolles ou à Toulon à la fin des années 1990. Fini l’amateurisme de la gestion municipale, les bibliothèques expurgées, les festivals censurés, les chasses aux sorcières trop manifestes… « Aujourd’hui, la manière dont le FN gouverne dans les collectivités est beaucoup moins spectaculaire, estime le politologue spécialiste de l’extrême droite Joël Gombin [2]. Marine Le Pen a donné des instructions pour que rien ne dépasse, s’inspirant ainsi de la stratégie du PCF [dans les années 1920, NDLR], destinée à montrer sur le terrain que le communisme municipal français n’était pas la base arrière de la révolution bolchevique. »

La vitrine de ce frontisme municipal nouveau genre, c’est, bien sûr, Hénin-Beaumont. De l’extérieur, la petite ville du Pas-de-Calais (27 000 habitants), remportée dès le premier tour des municipales de 2014 par Steeve Briois, paraît plutôt pimpante. Des trottoirs tout neufs, un maire adulé sur les marchés et qui adore brouiller les pistes en apposant une citation de Jaurès sur ses cartes de vœux ou en rebaptisant une salle de la mairie du nom d’un ancien maire d’Hénin, socialiste et résistant…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents