Le bal des vampires

Un docu passionnant sur un business lucratif : le don du sang.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Symbole de générosité, considéré comme un geste noble, le don du sang se pare de bons sentiments. Enquêtant en France, en Suisse et aux États-Unis, Marie Maurisse, Pierre Monnard et François Pilet sont allés voir derrière ces a priori pour un documentaire explosif. Plus de 100 millions de dons du sang par an sont enregistrés dans le monde. L’enjeu est de trouver toujours plus de donneurs. Mais, si chacun remplit un questionnaire avant de passer à l’acte, qui sait qu’une partie du sang sera utilisée pour la fabrication de médicaments ?

La Croix-Rouge, avec ses 320 000 dons par an, ne s’en vante pas, fournissant seulement 20 % du plasma aux hôpitaux. Les 80 % qui restent vont dans « l’industrie du fractionnement », ces sociétés pharmaceutiques qui misent sur l’innocence et l’ignorance des donateurs. C’est que le plasma, partie liquide du sang, contenant des protéines, est très recherché pour la fabrication de médicaments coûteux et très rentables, une fabrication que se dispute une poignée d’enseignes comme Grifols, Baxter ou Octapharma. C’est aux États-Unis, premier exportateur de plasma humain, où le don du sang est rémunéré, que le commerce est le plus florissant, représentant 70 % du marché mondial.

Remontant la filière complexe du plasma humain (parfois en caméra cachée) pour mettre en évidence les pratiques douteuses d’une société comme Octapharma (laquelle vient désormais concurrencer l’Établissement français du sang, menaçant ainsi l’éthique du don), les auteurs pointent remarquablement les interrogations qui demeurent sur la circulation des dons, l’extrême pauvreté des donneurs et les risques pour la santé. Présenté au Festival international des programmes audiovisuels (Fipa) en janvier, c’est évidemment là un documentaire qui ne va pas arranger les prochaines campagnes des collecteurs concernés.

Le Business du sang, diffusé le mardi 21 février sur Arte, accessible sur Arte+7 jusqu'au 23 mars (52’).


Haut de page

Voir aussi

Macron en force

Politique
par ,

 lire   partager

Articles récents