« Les Fleurs bleues », d’Andrej Wajda : Voir ou ne pas voir Staline en peinture

Avec _Les Fleurs bleues_, Andrej Wajda, disparu à l’automne dernier, livre le portrait douloureux d’un peintre pris dans la nasse soviétique.

Jean-Claude Renard  • 22 février 2017 abonné·es
« Les Fleurs bleues », d’Andrej Wajda : Voir ou ne pas voir Staline en peinture
© Photo : Anna Wloch/AKSON STUDIO

Fin des années 1940. Dans l’atelier-appartement d’un peintre, assis par terre devant sa toile de lin et son assiette en guise de palette, résonnent les échos du 1er Congrès du Parti ouvrier unifié polonais. Brusquement, un gigantesque portrait de Staline aux couleurs rouge vif vient

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 3 minutes