Mineurs isolés étrangers : Des enfants en danger

Accueil insuffisant, non-respect des conventions internationales, procédures absurdes et interminables… La situation des mineurs isolés, en France, relève trop souvent de la maltraitance.

Ingrid Merckx  et  Vanina Delmas  • 1 février 2017 abonné·es
Mineurs isolés étrangers : Des enfants en danger
© Photo : MARTIN BUREAU / AFP

Le 6 janvier, à Châlons-en-Champagne, Denko Sissoko, 16 ans, s’est défenestré. Originaire du Mali, il était hébergé dans un foyer du chef-lieu de la Marne avec soixante-treize autres jeunes étrangers. Il aurait eu peur de la police. Qu’un adolescent qui a traversé le désert, la mer sans savoir nager, puis la Libye avec ses milices et ses prisons, qui a survécu à la soif, à la faim, au froid et aux sévices, finisse par mettre fin à ses jours une fois à l’abri en France est gravement révélateur pour des éducateurs et le Réseau éducation sans frontières (RESF) de la ville. Que pouvait-il craindre de pire que ce qu’il avait déjà subi ? Sinon d’être renvoyé dans un pays qu’il avait quitté plein d’espoir. Sinon d’avoir à recommencer un périple insoutenable.

L’Aide sociale à l’enfance (ASE), chargée des mineurs isolés étrangers (MIE) ou mineurs non accompagnés (MNA) dans chaque département, avait jugé que Denko n’avait pas fait la preuve de sa minorité. Présumé majeur, il avait basculé de la possibilité d’être protégé par les services publics à la clandestinité totale, avec menace d’expulsion du territoire. Le 11 janvier, dans Châlons, une marche

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 11 minutes