Mineurs isolés étrangers : Que fait la France ?

Le doute sur la minorité des jeunes réfugiés arrange trop souvent les administrations, qui rechignent à les prendre en charge.

Ingrid Merckx  et  Vanina Delmas  • 1 février 2017
Partager :
Mineurs isolés étrangers : Que fait la France ?
© Photo : Gail Orenstein/NurPhoto/AFP

Est-on moins un enfant quand on arrive seul en France d’un pays étranger ? Quand on a 18 ans et 2 mois plutôt que 17 ans et 9 mois ? La majorité, c’est le couperet pour les mineurs isolés étrangers (MIE). Avant, ils sont des enfants, pris en charge au titre de la protection de l’enfance, ont droit à un abri, à une éducation, à des soins médicaux et sociaux. Après, ils sont considérés comme des adultes en situation irrégulière, sauf s’ils obtiennent un contrat jeune majeur.

Pour ces jeunes, faire la preuve de leur minorité est une mission quasi impossible après un périple long et dangereux au cours duquel ils ont parfois pu perdre ou se faire voler leurs papiers. Même s’ils en possèdent, ceux-ci doivent être authentifiés, comme le relate Rozenn Le Berre (voir entretien), ancienne éducatrice qui dénonce les effets pervers de l’évaluation conditionnant la prise en charge des mineurs.

En France, aujourd’hui, le doute arrange les administrations, qui rechignent à prendre en charge un nombre croissant de MIE. Lesquels se retrouvent souvent à la rue, proies faciles pour les réseaux de traite et de prostitution. Des collectifs de citoyens s’organisent pour les accompagner, protester, dénoncer ce qui relève de la maltraitance. Mais la soixantaine de centres d’information et d’orientation pour mineurs isolés ouverts au moment du démantèlement de Calais devaient fermer au bout de trois mois. C’est-à-dire le 1er février. Et ils seront encore plus nombreux à dormir dehors, à retenter la périlleuse traversée vers l’Angleterre ou à craindre l’arrivée de la police dans un foyer inadapté à leur situation.

À retrouver dans ce dossier :

Des enfants en danger

Parcours de combattants

Entretien avec Rozenn Le Berre : « On considère qu’à 18 ans et demi on n’a plus besoin d’être protégé »

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant
Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial
Conseils 16 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial

Politis vous propose une sélection d’essais, de livres, de podcasts, de documentaires, etc. et une liste d’associations d’aide aux victimes, en complément de son numéro spécial, consacré à la parole des victimes de violences sexistes et sexuelles, à retrouver sur notre boutique et sur notre site.
Par Politis