Fukushima : Zone toujours contaminée

Six ans après le tsunami, tout reste à faire à la centrale de Fukushima-Daiichi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Six ans après le tsunami qui avait engendré la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi, tout reste à faire. Fin janvier, une caméra envoyée à l’intérieur du réacteur n° 2 par Tepco, l’opérateur de la centrale, indiquait un taux de radioactivité record, marge d’erreur incluse. De son côté, le gouvernement japonais a annoncé la levée de l’ordre d’évacuation de la région d’Iitate, à 35 km du site, à la fin mars, puis la suppression des compensations financières dans un an.

Cependant, une étude de Greenpeace, menée en novembre 2016, montre que les niveaux de radiation y sont bien supérieurs à ceux officiellement affichés et présentent d’importants risques pour la santé humaine, notamment celle des enfants. Plus de 6 000 personnes risqueraient la contamination, rien que dans cette région…

À lire aussi >> Fukushima : six ans après, rien n’est réglé


Haut de page

Voir aussi

Articles récents