Irlande : Percée du Sinn Féin

Le parti nationaliste irlandais remporte ainsi 27 sièges, contre 28 au premier parti unioniste.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avec une participation à 64,78 % (10 points de plus qu’en mai 2016), les élections en Irlande du Nord ont vu une nette progression du Sinn Féin. Le parti nationaliste irlandais remporte ainsi 27 sièges, contre 28 au premier parti unioniste (DUP, pro-britannique), lequel perd dix élus. L’autre grand parti unioniste, l’UUP, réalise une contre-performance avec seulement 10 sièges.

Cette évolution des votes traduit le rattrapage démographique des catholiques, majoritairement nationalistes. Selon les accords de paix de 1998, le DUP et le Sinn Féin ont trois semaines pour former un gouvernement de coalition. Or, les nationalistes refusent de travailler avec Arlene Foster, la dirigeante du DUP, soupçonnée de malversations financières, ce qui a provoqué une crise et la tenue de ces élections. Sans accord, c’est Londres qui serait amené à administrer le territoire provisoirement, cela ne s’est pas produit depuis dix ans.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents