Moindre mal ou conviction ?

Face à des institutions à bout de souffle, quatre personnalités expliquent leurs raisonnements et stratégies pour 2017.

Politis  • 15 mars 2017 abonné·es
Moindre mal ou conviction ?
© Photo : BORIS HORVAT/AFP
Philippe Marlière

Professeur de science politique à l’University College de Londres

« Tous les sondages le montrent, la situation de la gauche n’a jamais été aussi mauvaise en France. Actuellement, ni Benoît Hamon ni Jean-Luc Mélenchon ne sont en mesure d’arriver au second tour. La stratégie du “populisme de gauche” portée par Mélenchon brouille les pistes : en ne parlant plus de classes sociales ou de droite et de gauche, il s’est placé sur un terrain saturé par la droite et l’extrême droite. Il ne reprendra pas ainsi un électorat essentiellement mû par des passions xénophobes. Il serait plus utile d’essayer de capter un électorat populaire de gauche qui s’est réfugié dans l’abstention.

En face, en revanche, les tendances lourdes sont là : les seuls à pouvoir gagner l’élection sont un néo-thatchérien (François Fillon), un néolibéral (Emmanuel Macron) ou

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 9 minutes