Moindre mal ou conviction ?

Face à des institutions à bout de souffle, quatre personnalités expliquent leurs raisonnements et stratégies pour 2017.

Philippe Marlière Professeur de science politique à l’University College de Londres « Tous les sondages le montrent, la situation de la gauche n’a jamais été aussi mauvaise en France. Actuellement, ni Benoît Hamon ni Jean-Luc Mélenchon ne sont en mesure d’arriver au second tour. La stratégie du “populisme de gauche” portée par Mélenchon brouille les pistes : en ne parlant plus de classes sociales ou de droite et de gauche, il s’est placé sur un terrain saturé par la droite et l’extrême droite. Il ne reprendra pas ainsi un électorat essentiellement mû par des passions xénophobes. Il serait plus utile d’essayer de capter un électorat populaire de gauche qui s’est réfugié dans l’abstention. En face, en revanche, les tendances lourdes sont là : les seuls à pouvoir gagner l’élection sont un néo-thatchérien (François Fillon), un néolibéral (Emmanuel Macron) ou une fasciste (Marine Le Pen). Dans ces conditions, quel sens a le vote de “conviction” ? Dans l’esprit d’un électeur de gauche modéré, quel est l’intérêt de voter pour Hamon ou Mélenchon si chacun fait 10 à 12 % au premier tour, alors que, de l’autre côté, le danger suprême se présente ? Le temps de l’élection n’est pas le celui des mouvements sociaux. Il est le temps du choix. J’entends ce que dit Gérard Miller quand il appelle à un vote “vraiment de gauche” pour Mélenchon [dans sa tribune publiée dans Le Monde du 9 mars, NDLR]. Mais j’estime que, cette fois, le vote de conviction reviendra à voter contre nos propres intérêts, car il conduira immanquablement à la défaite. Défaite électorale à court terme, mais également idéologique à long terme. L’histoire a montré qu’en France une gauche éliminée du premier tour ne va pas se ressourcer dans l’opposition, au contraire : elle est terrassée. C’est pourquoi Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon doivent s’entendre. Je ne vois pas d’autre solution. Je sais ce qu’il en coûte pour l’un comme pour l’autre de se retirer, mais c’est une nécessité. Si la division à gauche continue, elle aura pour effet de décourager l’électorat de gauche d’aller voter. Voire de le conduire vers la seule issue électorale possible : voter pour Emmanuel Macron. Et les électeurs de gauche ne pardonneront pas à Hamon et à Mélenchon de les avoir mis dans cette impasse. En d’autres termes : le vote de conviction prôné aujourd’hui par Mélenchon conduit au piège du vote utile pour Macron, tandis que le pragmatisme du rassemblement donne une chance à la gauche de parvenir au second tour et de gagner. Seul un vote tactique – au sens de l’intelligence politique – permettra d’éviter le vote utile, au sens du “moindre mal”. »

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents