« Paris la blanche », de Lidia Leber Terki : Retour impossible

Dans Paris la blanche, Lidia Leber Terki revient sur l’histoire des chibanis. Sans pathos.

Dans la maturité de l’âge, et dans les murs de sa maison inachevée, plongeant au-dessus de la mer, elle est butée, cette femme. Ses grands enfants ont beau lui dire de ne pas y aller, elle insiste, veut forcer le destin et quitte sa Kabylie, avec une petite valise à roulettes pour seul bagage, dans le but de retrouver son mari, en France, parti il y a longtemps. Il y a même quarante-huit ans. Quarante-huit ans à travailler, à suer sur les chantiers, à envoyer sa paye au bled. Régulièrement, il est revenu à…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents