Dossier : Nuit debout : Un an après

Un appel pour un film

Mariana Otero a réalisé un documentaire sur Nuit debout.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Décider de filmer dans l’urgence du moment n’est pas habituel pour un documentariste. Sans un minimum de maturation préalable, de réflexion autour d’un projet. C’est pourtant ce qui a saisi Mariana Otero, la réalisatrice d’Histoire d’un secret, d’Entre nos mains et d’À ciel ouvert : le désir non seulement de capter avec une caméra l’événement pour en témoigner, mais l’envie d’en produire un récit. « Dès les premiers jours à Nuit debout, explique Mariana Otero, j’ai ressenti qu’il se passait là quelque chose d’unique. Je ne savais pas quelle direction cela prendrait, mais il me fallait le raconter. » Le tournage est possible grâce à des amis techniciens qui viennent l’épauler, mais il se fait sans argent.

Voilà ce que réaliser un film sur le champ signifie également : on ne suit pas le circuit habituel du financement du cinéma, avec le CNC, des commissions ad hoc… Mariana Otero a désormais un producteur en la personne de Pascal Deux et de sa société Buddy Movies. Mais un apport extérieur lui est indispensable pour terminer son film. C’est pourquoi elle a recours à un financement participatif citoyen sur la plateforme kisskissbankbank [1]. Souhaitons que cette opération réussisse, car les premières images de L’Assemblée, le film, visibles sous forme de teaser, sont extrêmement prometteuses…

[1] www.kisskissbankbank.com/l-assemblee-le-film

À lire aussi >> Retrouvez tous les articles de notre dossier « Nuit debout un an après » ici


Haut de page

Voir aussi

Articles récents