Dossier : Nuit debout : Un an après

Nuit debout : Un an après

Quelles traces Nuit debout a-t-elle laissées ? Exploration, un an après.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Fini, Nuit Debout ? C’est la rumeur qui a couru dès que les places françaises ont commencé à se vider à la fin du printemps 2016, après plusieurs semaines d’occupations journalières, festives et réflexives. Certains, comme le philosophe Patrice Maniglier, regrettent de voir fondre la masse qui faisait la force du mouvement (voir entretien page 22). D’autres se réjouissent, goguenards, de l’échec manifeste d’une mobilisation qui n’a débouché a priori sur« rien » : la loi travail est passée malgré les soulèvements, l’état d’urgence a été maintenu et les manifestants se sont résignés à rentrer chez eux en dépit du mot d’ordre initial signant l’acte de naissance du 31 mars 2016 après la manifestation : « On ne rentre pas ! »

La loi travail « et son monde » étaient alors l’ennemi commun d’une foule disparate criant sa volonté de travailler autrement – ce qui reste d’actualité. Mais de quels débouchés était-il question ? Les « Nuit-deboutistes » n’ont eu de cesse de balayer cette question, obsession symptomatique d’une façon trop classique de penser la politique : quelle finalité, sinon la construction d’un parti ?

Or, Nuit debout s’est inscrit dès le début dans une défiance vis-à-vis des pouvoirs et dans une attitude insurgée ou citoyenniste, arrachant la pratique de la politique aux organes traditionnels pour la redonner au peuple assemblé sur la place. Quelles traces Nuit debout a-t-elle laissées ? Exploration, un an après.

Retrouvez tous les articles du dossier ici :

Nuit debout : Les traces  des places

Nuit debout : « Un acte d’insoumission radical »

Toujours debout pour une autre démocratie

Vision de Nuit pour la gauche

Un appel pour un film

Retrouvez également nos anciens articles et vidéos sur Nuit debout :

• [DOSSIER] Réinventer la démocratie

• La fabrique de Nuit debout

• « Nuit debout », acte de naissance d'un mouvement inédit

• Qui gère la com’ de Nuit debout ?

• Nuit debout : Ces violences que l’on nous suggère

• Nuit debout : une irrésistible envie d’agir

• Ce que nous dit la place de la République

• [VIDÉO] Débat Frédéric Lordon / David Graeber : les Nuits debout doivent-elles rester sauvages ?

• [VIDÉO] Les musiciens se lèvent

• [VIDÉO] « Il s’agit de reconstruire la société »

• [VIDÉO] « Finalement, ils ne sont pas invincibles »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents