Arkansas : reprise des exécutions

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La victoire a été courte pour les opposants à la peine capitale aux États-Unis. Dans l’État de l’Arkansas, huit condamnés à mort ont d’abord vu leur exécution suspendue par la justice. Ces exécutions étaient prévues à la chaîne entre le 17 et 27 avril, suivant un décret du gouverneur républicain Asa Hutchinson. Une accélération justifiée simplement par la date de péremption du midazolam, l’un des produits utilisés pour exécuter les condamnés par injection létale.

Après moult recours judiciaires, la juge fédérale Kristine Baker avait gagné une suspension du processus, reconnaissant ainsi aux prisonniers le droit de mettre en cause leur mode d’exécution. Contournant l’injonction de la juge, la procureure générale a obtenu l’exécution d’une personne le 20 avril, de deux autres le 24. Une autre exécution est prévue le 27, quatre dernières restent en suspens.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.