Eli Lotar : Poétique au couteau

Le Jeu de paume, à Paris, propose une rétrospective consacrée au photographe Eli Lotar. Entre onirisme et réalisme.

D’un côté, des images abstraites, prises en 1928 à la Foire de Paris, des photographies aux cadrages audacieux, capturant la densité humaine au milieu de la foule, avec un appareil à ras du sol, enregistrant les pas des visiteurs défilant devant l’objectif. De l’autre côté, en 1929, des images des abattoirs de La Villette, avec les flots de sang, les bêtes découpées, dépecées, les quartiers de barbaque, les trognes patibulaires au-dessus des carcasses. On y croise même Pierre Prévert, perplexe devant un…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents