Mélenchon et l’Orient compliqué

La Syrie est une tragédie sans nom. C’est aussi un miroir où chacun dit son rapport au monde, à la démocratie et au pouvoir.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le rapport que chacun entretient avec les sondages me rappelle l’histoire du juif athée qui dit à son fils : « Dans notre religion, il n’y a qu’un seul dieu et nous n’y croyons pas. » Nombreux sont ceux qui font profession de ne pas croire aux sondages, mais les attendent impatiemment, les scrutent et s’en inspirent dans leurs analyses politiques. Et, depuis deux semaines, toutes les enquêtes d’opinion nous livrent le même message : Mélenchon en hausse. Et ce n’est pas du gagne-petit ! Le candidat de la France insoumise serait maintenant à hauteur de François Fillon, voire un peu devant. Et, comme le tandem de tête Le Pen-Macron fait du surplace, nous pouvons dire aujourd’hui que « tout est possible ». Même l’accession au second tour. Même la victoire, à laquelle on ne croyait guère il y a une semaine encore.

Cette remontée spectaculaire est le résultat d’une campagne menée de « main de maître ». Le candidat a su jouer de tous les registres de la communication pour élargir progressivement la mobilisation par cercles concentriques, jusqu’à toucher des électeurs venus d’horizons improbables. C’est aussi le fruit d’une stratégie gagnante. Mélenchon a policé son personnage. Le colérique atrabilaire est devenu un sage. Il sait désormais habiter les fonctions régaliennes, comme il l’a fait dimanche à Marseille (voir le reportage de Pauline Graulle). Sur un ton grave, parfois anxiogène, il a parlé de guerre, évoquant longuement la situation en Syrie. Mais c’est peu dire que son analyse sur le sujet nous trouble profondément.

Je le dis d’autant plus tranquillement que nous approuvons sa démarche dans beaucoup d’autres domaines. Mais la Syrie, ce n’est pas rien. C’est en soi une tragédie sans nom. Et c’est aussi un miroir où chacun dit son rapport au monde, à la démocratie et au pouvoir. Le double événement de la semaine, c’est évidemment la nouvelle attaque au gaz contre une localité tenue par les rebelles, et l’opération américaine contre une base aérienne syrienne. Une opération que le candidat de la France insoumise a immédiatement dénoncée comme « un acte criminel et irresponsable ». Et c’est là que le bât blesse. On l’aurait évidemment approuvé sans réserves si on l’avait entendu prononcer les mêmes mots quand l’aviation de Poutine anéantissait Alep-Est sous les bombes. Mais, à l’époque, rien, sinon une sorte d’approbation (« je pense que Poutine va régler le problème »), des confusions (les rebelles et Daech, c’est du pareil au même) et des généralités (« que voulez-vous, c’est la guerre »). Voilà qu’aujourd’hui Mélenchon invoque le droit international et qu’il en appelle à l’ONU, comme si la Russie n’avait pas, pendant cinq mois, violé l’un et méprisé l’autre. Voilà qu’il fait mine de douter de la responsabilité du régime dans l’attaque au gaz contre la localité de Khan Cheikhoun, suggérant même que ce pourrait être l’œuvre d’Al-Nosra (qui – simple détail – n’a pas d’avions) ou du Qatar, que l’on imagine mal se hasarder dans ce genre d’aventure. Les rebelles se gazant eux-mêmes pour faire du « tort » à Assad, le soupçon a évidemment fait le miel des complotistes, toujours avides de nouvelles théories. C’est surtout ignorer la nature de ce régime depuis 1970, et la longue série de massacres auxquels il s’est livré contre sa population, souvent d’ailleurs en usant de l’arme chimique.

Quant au slogan « C’est aux Syriens de décider eux-mêmes de leur avenir », il pourrait demain s’appliquer aux Coréens du Nord avec la même déconcertante naïveté. Depuis le début de la dictature baassiste en 1963, seule la coalition formée autour du parti Baas est admise aux élections. Et l’unique scrutin présidentiel, en 2014, a confirmé Bachar Al-Assad à plus de 88 %. Comment imaginer des élections libres avec un dictateur à la fois président et candidat ? Bien entendu, je ne crois pas que Jean-Luc Mélenchon ait de la « sympathie » pour Poutine, mais il emprunte son discours, et c’est bien trop. Cela dit, je partage son inquiétude après la réaction de Donald Trump, non pas tant d’ailleurs en raison de l’acte lui-même (la Syrie, hélas, en a vu d’autres depuis six ans) que du caractère impulsif qu’il révèle. On attendra cependant pour en juger. Si l’opération n’est suivie d’aucun effort diplomatique visant à favoriser une transition politique, on pourra crier à l’esbroufe.

Il est probable que la tragédie syrienne ne déterminera pas le vote des électeurs français. Et puis, dans cet Orient décidément compliqué dont parlait de Gaulle, un autre dossier historique nous réconcilie avec Mélenchon. C’est le conflit israélo-palestinien. En regard des frilosités de Benoît Hamon, qui s’est récemment déclaré hostile au mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS), le candidat de la France insoumise ne mégote pas son engagement. On est d’ailleurs frappé par la symétrie des situations : veto russe d’un côté, pour permettre à Assad de massacrer à loisir ; veto américain de l’autre, encourageant Israël à coloniser jusqu’à obsolescence les Territoires palestiniens. Cette symétrie mortifère devrait nous prémunir contre toutes les formes d’inconditionnalité. « Guérissez de cette manie d’attendre d’un homme une perfection qu’il ne peut pas avoir », a lancé joliment Mélenchon à la foule qui scandait son nom à Marseille. Pour notre part, nous sommes guéris.


Haut de page

Voir aussi

Téléphone portable à l'école : une belle diversion

Un prof sur le front par

Blog

 lire   partager

Articles récents