Prison : « Un impératif de sécurité de plus en plus prégnant »

Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan observe un recul des droits fondamentaux et dénonce la surpopulation carcérale.

Autorité administrative indépendante créée en 2008, libre d’accéder à son gré aux prisons, les hôpitaux psychiatriques, les locaux de garde à vue, les centres de rétention et les établissements pour mineurs, l’institution dirigée par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté publie son rapport d’activité de 2016. Nommée en 2014 à ce poste, Adeline Hazan pointe un recul des droits fondamentaux dans les dispositifs législatifs votés dans l’urgence ; un recul constaté également lors de ses 146 visites d’établissements effectuées au cours de l’année. Parallèlement, elle dénonce une surpopulation carcérale qui ne cesse de croître, tandis que les programmes des candidats à l’élection présidentielle ignorent une situation de plus en plus dramatique, avec un nombre record de détenus : 69 430 personnes.

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents