Surtout ne changez rien

Impossible de remercier ici tout-e-s celles et ceux qui auront collaboré à mettre la Pen à 21,3 %.

Un grand bravo et mille mercis à qui aura, au fil des années (et de toutes parts), pavé de toujours plus de facilitations la voie, somme toute assez royale, par quoi la Pen est arrivée à son ahurissant score de ce dimanche soir : 21,3 %.

Vingt. Et. Un. Virgule. Trois. Pour. Cent.

Impossible, évidemment, de remercier ici, dans ces congrus feuillets, tout-e-s celles et ceux qui auront, d’une manière ou d’une autre, collaboré à cette si noble entreprise.

Mais tout de même : merci aux éditocrates qui ont si obstinément « dédiabolisé » « Marine ».

Merci aux patrons de presse – certaines fois ce sont les mêmes – qui ont méthodiquement banalisé puis validé sa logorrhée xénophobe à grands coups d’innombrables unes (et autres couvertures) toujours plus dégueulasses sur « le vrai coût de l’immigration », ou « la peur de l’islam », ou « cet islam sans-gêne » – tout en faisant mine après cela de s’étonner de ce qu’ « elle mont(ât) » dans les sondages.

Merci bien sûr à la droite dite « républicaine », qui depuis tant d’ans n’a eu de cesse de cal(qu)er sa propagande sur celle du Front national.

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents