Cannes : La palme au petit malin

Malgré le Grand Prix attribué au film act-upien de Robin Campillo, le jury de Pedro Almodóvar a livré un palmarès à l’image de la compétition : déprimant.

C e film est un hommage aux gens qui sont morts mais aussi à ceux qui ont survécu, tiennent encore aujourd’hui, qui ont eu beaucoup de courage, sont toujours sous traitements lourds et connaissent des situations précaires parce que, lorsqu’ils étaient militants, ils ont mis leur vie entre parenthèses. » C’est avec ces mots que Robin Campillo a reçu le Grand Prix de la soixante-dixième édition du Festival de Cannes. Ce discours d’une forte pertinence humaine et politique était en parfaite symbiose avec son…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.