Comment le pouvoir algérien cherche à contrer l’abstention

Plus de 20 millions d’Algériens sont appelés aux urnes aujourd’hui. La participation électorale, alors que les appels au boycott sont nombreux, est l’un des premiers enjeux de ces législatives.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


S amaa Saoutek, fait entendre ta voix », voilà le slogan martelé et placardé depuis plusieurs semaines en Algérie. C’est avec la peur d’un échec électoral retentissant que les bureaux de vote ont ouvert ce matin sur l’ensemble du territoire algérien ainsi qu’en France. Un taux de participation encore plus faible que celui de 2012, où seulement 43 % des inscrits sur les listes électorales s’étaient exprimés, reste l’une des hantises du gouvernement.

À lire aussi >> Algérie : Des élections pour rien ?

Dans un contexte politique terne où une crise économique sans précédent perdure, les autorités algériennes conscientes de la probabilité d’une telle catastrophe, ont mis en place plusieurs dispositions leur permettant de contrer cette baisse considérée comme fatale.

Une « autorisation spéciale d’absence rémunérée » valable le jour du scrutin a été accordée à « l’ensemble des personnels des institutions et administrations publiques, des établissements et offices publics, ainsi qu’aux personnels des entreprises publiques et privés tous secteurs et statuts juridiques confondus » pour leur permettre d’exercer leur droit de vote tout en étant rémunéré, précise un communiqué de la Direction générale de la fonction publique algérienne.

Appel à l’amour de la patrie

Tout à leur quête d’électeurs, les autorités ont également investi dans une forte campagne de communication appelant à l’aide des personnalités connues. Son but ? Cibler prioritairement les jeunes afin de rehausser le taux de participation.

Quant aux Algériens résidant en France, ils ont, pour certains, reçu de la part du consulat algérien un SMS. Ce dernier leur rappelle la nécessité de voter à cette élection présentée comme cruciale, tout en appuyant sur la corde sensible. C’est l’amour de la patrie qui ponctue ce court message reprenant de ce fait les paroles du président algérien Abdelaziz Bouteflika :

J’en appelle donc notamment à votre attachement à l’Algérie, pour répondre présent à l’appel du Devoir.

La composition de l'Assemblée du peuple ne sera révélée que vendredi matin. Il faudra donc être patient pour savoir si toutes ces incitations ont porté leurs fruits.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.