En route vers un troisième tour social

La mobilisation dans la rue contre la politique d’Emmanuel Macron a déjà commencé, dans la continuité du mouvement hétéroclite qui dure depuis plus d’un an.

Une fanfare et une batucada qui se répondent ; les harangues percutantes d’un trio de tribuns juchés sur une voiture-sono prête à prendre la direction de la place de la Bastille : la mécanique du « Front social », convoqué lundi 8 mai sur la place de la République, à Paris, est parfaitement huilée. Les quelque 70 syndicats « de base », associations et collectifs militants qui comptaient parmi les plus combatifs lors du mouvement contre la loi travail ont réussi leur pari en réunissant plusieurs milliers de…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents