Front national : Journalistes non grata

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La liberté d’informer est toujours un problème au Front national. Déjà, au premier tour de l’élection présidentielle, Mediapart, l’émission « Quotidien », animée par Yann Barthès sur TMC, et un journaliste de Marianne n’avaient pas eu leur accréditation pour couvrir la soirée organisée à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

Rebelote au second tour : à nouveau « Quotidien » et Mediapart, mais encore Buzzfeed, Les Jours, Rue89, StreetPress, Politico, le Bondy Blog, Explicite, Brut, Konbini et Politis, tous ces titres ont été écartés de la soirée du FN organisée au Chalet du Lac dans le bois de Vincennes à Paris. Motif : « le manque de places ». Idem pour un journaliste de la Rai, un autre de la chaîne d’info britannique Sky News ou du magazine américain The Atlantic. Par solidarité, Libération, Le Monde et Les Inrocks ont boycotté la soirée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents