Macron, candidat des riches

Banquiers, chefs d’entreprise, ­lobbyistes… Selon Mediapart, c’est auprès de ses amis riches que le nouveau président a collecté près des deux tiers de ses frais de campagne.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dis-moi qui te finance, je te dirai pour qui tu roules… Mediapart a passé au peigne fin les mails piratés du « Macron Leaks » afin de retracer les dessous de la campagne de fund­raising (collecte de fonds) du candidat victorieux à la présidentielle. L’enquête dessine un ­paysage glaçant, bien qu’attendu, des soutiens financiers d’Emmanuel Macron.

Banquiers, chefs d’entreprise, ­lobbyistes… C’est auprès de ses amis riches que le nouveau président a collecté près des deux tiers des 13 millions d’euros nécessaires à sa campagne. De grands donateurs qui ont été harponnés lors de dîners de gala ou de rencontres plus informelles en présence du candidat d’En Marche !. Comme ce « cocktail dînatoire [qui aura généré] 78 000 euros en à peine une heure et demie ». Quitte à adapter le discours politique aux « cibles » visées. Exemple avec ces électeurs de centre droit à qui Macron a servi « la démarcation anti-Hollande »

À noter également, le coup de pouce de l’ex-employeur d’Emmanuel Macron, la banque Rothschild, qui, à travers ses salariés et associés (la loi française sur le financement électoral interdit à une entreprise de financer une campagne politique en France), a participé activement. Ça promet.

À voir >> Monique Pinçon-Charlot : « Macron est le candidat des milliardaires »

À lire aussi >> Emmanuel Macron, un garçon en or


Haut de page

Voir aussi

Articles récents